7 sites noyés par le “surtourisme”

Le monde abrite des milliers d’endroits magnifiques et des lieux empreints d’histoire. Ils sont aujourd’hui les seuls témoins de notre passé. Nous avons la chance de pouvoir les visiter, mais pour combien de temps encore ? Certains sites sont victimes de surtourisme.

Victimes du tourisme de masse

Au cours de ces 20 dernières années, le tourisme s’est grandement développé, voyant le nombre de visiteurs grimper inexorablement. Certains sites sont victimes du tourisme de masse : pollution, dégradations, incivilités… Alors, plusieurs d’entre eux doivent réguler le flux des vacanciers en leur sein, voire se fermer totalement du public pour se préserver. Voici 7 sites touristiques menacés du tourisme de masse. S’y rendre ou non, est la question existentielle du touriste responsable.

 La Grande Muraille de Badaling, Chine

Déjà détériorée par la construction d’une autoroute ou pillée par les locaux pour bâtir leur maison, la Grande Muraille de Chine se voit maintenant fragilisée par l’arrivée massive des touristes. La section de Badaling est envahie par les visiteurs ce qui rend cette merveille architecturale de plus en plus vulnérable (à supporter le poids) et détériorée (graffitis, détritus…).

La Muraille de Chine victime du surtourisme
Unsplash

Le marécage des Everglades, USA

Menacé par la montée des océans, les périodes de sécheresse et des tempêtes de plus en plus fréquentes, le marécage des Everglades l’est également par la pollution de ses côtes. Eaux usées et immondices en masse, cette détérioration de l’environnement vient perturber le fragile écosystème du parc national. Paradoxe lorsque l’on sait que les touristes viennent ici pour admirer les 36 espèces endémiques du lieu, aujourd’hui menacées d’extinction à cause de leur pollution…

Unsplash

Le Mont Saint-Michel, France

Pour pouvoir accéder au Mont Saint-Michel, les visiteurs ne peuvent plus stationner au pied du Mont. Ils doivent emprunter une navette (ou bien marcher et profiter du parcours pour se balader) pour parcourir les 3 kilomètres qui séparent le site du parking géant inauguré en 2015. Ainsi, le site grandiose espère se préserver de la pollution ambiante des venues incessantes des voitures mais également gérer les flux des visiteurs.

La Mont Saint Michel victime du surtourisme
Unsplash

Venise, Italie

D’immenses paquebots déversent chaque jour leur flot de visiteurs aux large de la fragile côte vénitienne. Pas moins de 500 paquebots naviguent ainsi tous les ans entre les îles et la Place Saint-Marc. Un réel ravage pour la Cité des Doges qui est inondée par le tourisme de masse mais également par les eaux. Le courant généré par l’arrivée des bateaux menace les côtes de Venise. Sans parler de la pollution… Selon les experts de l’ONG Italia Nostra, cette marée humaine cause la destruction progressive de l’écosystème propre à la lagune, avec son mélange d’eau douce et d’eau de mer.

Venise, Italie victime du surtourisme
Unsplash

La Grande Barrière de Corail, Australie

A cause du réchauffement des océans, la Grande Barrière subit un violent blanchiment des coraux. Ajoutez à cela la pollution due à des plongeurs qui n’hésitent pas à toucher les coraux, détériorant ainsi leur survie en perturbant fortement leur taux d’acidité. C’est donc 8 mille ans d’existence qui pourraient disparaître du jour au lendemain…

La Grande barrière de corail victime du surtourisme
Unsplash

L’île de Koh Lanta, Thaïlande

L’île de Koh Lanta est devenue célèbre suite à l’émission de télé-réalité éponyme. En plein surtourisme, elle était pourtant décrite comme perdue au bout du monde… Elle n’a désormais plus rien de paradisiaque. Les plages sont alpaguées par la foule touristique qui laisse détritus en tout genre dans ses eaux turquoise ou à même son sable blanc. L’environnement pâti de ce tourisme irresponsable qui se propage aux autres îles : Koh Phi Phi et Koh Tao sont elles aussi victime de pollution. La Thaïlande a décidé de fermer (temporairement) ses 66 parcs nationaux pour laisser la nature se reposer…

L'île de Koh Lanta victime du surtourisme
Unsplash

Angkor, Cambodge

Des milliers de visiteurs foulent chaque jour les somptueux temples d’Angkor au Cambodge. Plusieurs monuments sont érigés sur des plateformes vieilles de plusieurs siècles abîmées par le temps et dégradées par les touristes. Le surtourisme les poussent à quitter les chemins balisés pour explorer par eux-mêmes les environs. Cela dégrade l’environnement ainsi que le patrimoine historique et culturel du lieu.

Les temples d'Angkor victime du surtourisme
Unsplash

La question se pose face au surtourisme

Face au surtourisme, doit-on fermer ces merveilles aux touristes pour les sauver ? Ces trésors terrestres ne sont pas éternels, il nous incombe d’en prendre soin pour que les générations futures puissent, à leur tour, en profiter… Quelques éléments de réponses à découvrir dans mon article “Les touristes, une menace pour les sites touristiques ?

Épinglez l’article sur Pinterest !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

efficitur. mattis Nullam Lorem in eleifend non